Organismes d’accréditation professionnelle

Terre-Neuve

Professional Fish Harvester Certification Board of Newfoundland & Labrador

L’office d’accréditation des pêcheurs professionnels a pour but de promouvoir les intérêts des pêcheurs en tant que groupe professionnel, de gérer et de maintenir un système d’enregistrement des pêcheurs, d’élaborer, d’évaluer et de recommander des cours dans le cadre du programme de professionnalisation, de définir les normes de professionnalisation, de délivrer les certificats d’accréditation aux pêcheurs qui se qualifient, d’offrir aux pêcheurs un processus d’appel indépendant, d’élaborer et de maintenir un code de déontologie et d’en surveiller le respect, d’imposer des sanctions aux pêcheurs qui contreviennent à ce code de déontologie, ainsi que d’agir en qualité de conseiller auprès des gouvernements fédéral et provincial dans la formulation d’une politique sur les pêches qui soit dans l’intérêt commun des pêcheurs de Terre-Neuve et Labrador. 
 

Québec

Bureau d’accréditation des pêcheurs et des aides-pêcheurs (BAPAP)

Le Bureau d’accréditation des pêcheurs et des aides-pêcheurs du Québec a pour mission d’élaborer et de mettre en œuvre un régime de reconnaissance de la compétence professionnelle de toute personne pratiquant une activité de pêche en eaux à marée, sauf pour la pêche aux espèces anadromes et catadromes (voir Définitions), le loup-marin ou les espèces pêchées exclusivement à des fins d’aquaculture en eaux à marée.
 
Courriel : bapap@globetrotter.qc.ca
 

Comité sectoriel de main-d’œuvre des pêches maritimes (CSMOPM)

La mission principale du Comité sectoriel de main-d’œuvre des pêches maritimes (CSMOPM) est de concerter les gens de l’industrie afin de déterminer et de mettre en œuvre des actions visant la valorisation et le développement des ressources humaines de l’industrie des pêches et de l’aquaculture. Le CSMOPM cherche à favoriser l’émergence d’une culture de la formation dans le milieu des pêches et de l’aquaculture; à déterminer les besoins précis du secteur en matière de gestion des ressources humaines et d’organisation du travail et proposer des moyens d’intervention pour répondre aux problèmes; à assurer l’adéquation entre l’offre de formation et les besoins spécifiques de l’industrie en cette matière; à jouer un rôle d’organisme-conseil sur les questions de main-d’œuvre auprès des organisations publiques et parapubliques engagées dans le secteur des pêches et de l’aquaculture; ainsi qu’à appuyer et, le cas échéant, à coordonner les initiatives de mise en valeur des ressources de l’industrie.