Économie

À l’échelle des pêches mondiales, le Canada se classe systématiquement parmi les cinq plus grands exportateurs de poissons au chapitre de la valeur. Les exportations des pêches, aquaculture y comprise, ont atteint 3,9 milliards de dollars en 2010.

Les poissons et fruits de mer dépassent le minerai de fer en valeur des exportations et se situent presque au niveau du blé. Ils viennent au second rang des principales denrées alimentaires d’exportation du Canada.

Dans l’ensemble, la production du secteur des poissons et fruits de mer en 2009 s’est élevée à 6,4 milliards de dollars selon le ministère des Pêches et des Océans. Voici en détail la répartition de cette production :

  • Débarquements des pêches commerciales maritimes et en eau douce : 1,7 milliard de dollars;
  • Production de l’aquaculture : 801 millions de dollars;
  • Revenus de la préparation et du conditionnement de poissons et fruits de mer : 3,9 milliards de dollars.

Le nombre d’emplois associés à la pêche s’élevait à 45 000 pour les pêcheurs et membres d’équipage; à 3700 pour les exploitations aquacoles; et à 27 000 pour la préparation et le conditionnement des poissons et fruits de mer.

Dans de nombreux secteurs de la côte Atlantique, certains coins de la Colombie-Britannique et le Nord des Prairies, des régions entières dépendent de la pêche. Apprenez-en davantage sur ces collectivités de pêche (lien vers les collectivités de pêche).

C’est le cas par exemple en Nouvelle-Écosse, où la pêche commerciale a employé à un moment ou l’autre en 2006 plus de 9000 travailleurs. On comptait 6000 autres travailleurs dans la transformation du poisson et des milliers d’autres emplois dans des entreprises dérivées.

Dans l’ensemble, au Canada atlantique, les secteurs primaire et secondaire des pêches constituent le plus important employeur du secteur privé.