Vers une croissance durable dans l'industrie canadienne de la pêche

6 septembre 2018

Stratégies pour relever les défis du marché du travail dans le secteur canadien des pêches 

Le Conseil canadien des pêcheurs professionnels (CCPP) a terminé son étude d’information sur le marché du travail dans le secteur des pêches, une étude réalisée grâce au soutien et à la participation des organisations membres du CCPP, des pêcheurs et autres parties prenantes des communautés de pêche et des communautés autochtones, des établissements d’enseignement et de formation et des agences gouvernementales provinciales. Ce projet a été financé en partie par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.  

Les objectifs de cette étude étaient de :

  • Analyser et faire état des tendances démographiques et du marché du travail actuelles ainsi que des perspectives pour la main-d’œuvre de pêcheurs au Canada.
  • Établir et évaluer des stratégies pour relever les défis de main-d’œuvre imminents et gérer le transfert intergénérationnel à grande échelle des entreprises de pêche qui est sur le point de se produire.
  • Établir et évaluer des stratégies pour attirer de la nouvelle main-d’œuvre dans des emplois saisonniers dans le secteur des pêches et autres industries rurales saisonnières.

L’étude étant terminée, le CCPP publie maintenant le rapport final. Certains des constats importants découlant des consultations et travaux de recherche qui se sont échelonnés sur trois ans sont fournis ci-dessous :

1.     Avec la hausse de la demande mondiale pour des produits de la mer, l’industrie de la pêche commerciale au Canada est vouée à un avenir prometteur en tant que moteur de croissance économique de premier plan, affichant de meilleurs résultats en ce qui concerne les taux de croissance des revenus des entreprises et de la valeur des exportations que d’autres secteurs agroalimentaires.

2.     Avec le déclin et le vieillissement des populations dans la plupart des régions rurales et côtières et 40 % de la main-d’œuvre de pêcheurs – tant les propriétaires exploitants d’entreprises que les membres d’équipage – atteignant maintenant l’âge de la retraite, la plus sérieuse limite à ce potentiel de croissance économique sera les pénuries importantes de main-d’œuvre compétence.

3.     La hausse rapide de la valeur marchande des permis et quotas de pêche est un obstacle aux transferts intergénérationnels et une sérieuse contrainte pour attirer et retenir de nouveaux venus souhaitant faire carrière dans ce secteur. Cette tendance menace aussi l’engagement renouvelé du gouvernement canadien à l’égard des politiques du propriétaire exploitant et de séparation de la flottille dans l’industrie de la pêche dans la région atlantique.

4.     À l’extérieur des saisons de pêche, quelque 40 % des pêcheurs canadiens occupent d’autres emplois pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. Compte tenu des pénuries imminentes de main-d’œuvre dans toutes les économies rurales, il existe là la possibilité d’encourager encore plus un tel « pluralisme d’emplois » pour rendre les emplois dans les industries saisonnières plus attrayants et plus satisfaisants.

5.     Relever ces défis de main-d’œuvre nécessitera des efforts extraordinaires, des approches novatrices et une collaboration élargie des employeurs, organisations de l’industrie, établissements de formation et agences gouvernementales. Le rapport établit et explique plus en détail trois grandes directions stratégiques : 

  • Des innovations dans les structures des flottilles et les politiques de gestion des pêches et une planification pour améliorer la viabilité des entreprises, prolonger les saisons de pêche et accroître les capacités afin de concurrencer pour de la nouvelle main-d’œuvre.
  • Des efforts concertés pour informer les jeunes des régions rurales et autres nouveaux venus potentiels (p. ex., les jeunes autochtones, les immigrants internationaux, etc.) quant aux possibilités de carrière de plus en plus grandes dans l’industrie de la pêche, accroître les occasions de formation et les stages et améliorer l’accès à du capital pour les transferts intergénérationnels des entreprises de pêche.
  • Des innovations dans les programmes d’éducation, de formation et d’information sur le marché du travail ainsi que dans les politiques d’assurance-emploi afin que les pêcheurs puissent plus facilement participer au pluralisme d’emploi, tout en respectant les politiques d’octroi de permis et les normes de professionnalisation actuellement en vigueur.

« L’étude d’information sur le marché du travail du CCPP est une première étape importante pour trouver des solutions aux sérieux défis de ressources humaines auxquels nous faisons face dans le secteur », a indiqué Jean Lanteigne, président du CCPP. « Le Conseil est maintenant bien positionné pour collaborer avec les partenaires de l’industrie, des gouvernements, des communautés et des peuples autochtones pour élaborer et mettre en œuvre des stratégies de renouvellement de la main-d’œuvre. Nous souhaitons également exprimer notre sincère gratitude à Emploi et développement social Canada qui nous a fourni un soutien essentiel à la réalisation de ce projet. »

Le rapport complet, les rapports auxiliaires et les annexes de l’étude d’information sur le marché du travail peuvent être téléchargés ici.