Une étude démontre que la main-d’œuvre est la pièce maîtresse pour revitaliser l’industrie de la pêche

1 novembre 2016


fillet pour crevettes

Le 24 novembre 2014, le CCPP annonçait le début d’une importante étude sur les besoins en matière de compétences et les défis de main-d’œuvre dans les communautés côtières où les pêches saisonnières sont essentielles à l’économie.

Le projet comprenait trois phases :

  1. La planification, des consultations avec les parties prenantes et une revue de la littérature sur le sujet
  2. La collecte d’information par le biais de sondages téléphoniques, de statistiques, d’études de cas régionales et d’autres moyens
  3. L’analyse des informations colligées et l’élaboration de recommandations pour des politiques et des programmes

Où en sommes-nous?

La deuxième phase est sur le point de se terminer et le projet entre maintenant dans la troisième phase.

Les résultats des deux premières phases de l’étude indiquent que des trois piliers qui soutiennent l’industrie, soient la ressource, la main-d’œuvre et la demande pour les poissons et fruits de mer, la main-d’œuvre représente le risque le plus sérieux pour la stabilité et la croissance de l’industrie canadienne de la pêche.

Certains des facteurs qui contribuent à cette constatation sont :

  • Le vieillissement de la main-d’œuvre et leur retraite prochaine
  • La baisse du nombre de jeunes qui entrent dans l’industrie puisque ces derniers restent plus longtemps à l’école et sont attirés par des emplois à l’année et mieux payés dans les villes
  • La hausse des coûts pour un propriétaire d’entreprise
  • Pour certaines régions plus que d’autres, la courte durée de la saison de travail

Vers où tout cela nous mènera-t-il?

La collecte de données et d’informations nous indique que la main-d’œuvre nécessaire pour soutenir l’industrie dans dix ans n’est actuellement ni présente ni disponible dans la plupart des régions de pêche. La réduction de la main-d’œuvre et des flottilles des 30 dernières années doit être inversée.

Plusieurs possibilités pour renforcer l’industrie existent. Toutefois, cette étude se penchera sur les façons de gérer la nature saisonnière de plusieurs emplois dans l’industrie de la pêche.

Le comité consultatif du projet d’information sur le marché du travail (IMT) se rencontrera à nouveau à la fin du mois de novembre pour commenter le rapport présentant l’analyse des conclusions de la deuxième phase. Les membres de ce comité évalueront les moyens pour améliorer les programmes de formation et de certification, mieux diffuser l’information concernant les possibilités d’emplois pendant la saison morte, reconnaître les compétences qui rendent les pêcheurs aptes au travail dans d’autres secteurs d’activité et, peut-être même, rendre le système d’AE plus souple afin qu’il soit plus facile pour les pêcheurs qui le désirent d’avoir accès à un emploi satisfaisant tout au long de l’année.

La troisième phase se terminera par des consultations auprès des parties prenantes de l’industrie et des présentations aux agences gouvernementales provinciales et fédérales ainsi qu’aux établissements d’enseignement afin de recueillir leurs points de vue concernant leur volonté à soutenir de nouvelles approches. Le rapport final de ce projet sera soumis au comité consultatif du projet d’IMT ainsi qu’au bailleur de fonds gouvernemental en mars 2017. Ce rapport doit inclure des recommandations pour modifier les politiques et des propositions de projets pilotes pour tester certaines des options les plus prometteuses.

Vous souhaitez obtenir plus d’information sur le projet?

Pour obtenir plus d’information sur le projet d’information sur le marché du travail, cliquez ici.