Planifier la formation des pêcheurs en sécurité maritime

27 mai 2013

Évaluation des besoins de formation liés à la réglementation de Transports Canada

En 2011, le Conseil canadien des pêcheurs professionnels (CCPP) a commandé une étude dans le but d’évaluer quels étaient les besoins de formation du secteur des pêches au Canada pour se conformer à la nouvelle réglementation en matière de sécurité maritime. C’est la société CamProf Inc. qui s’est vu confier le mandat d’évaluer le nombre de pêcheurs des treize provinces et territoires, ainsi que du secteur des activités maritimes sur l’eau en Colombie-Britannique, qui doivent détenir des brevets et certificats du fait de la réglementation de Transports Canada. Les besoins de formation ont été évalués en fonction du nombre de personnes ayant besoin d’un brevet ou certificat pour servir à bord des bateaux existants, du lieu où se trouvent ces personnes, ainsi que des possibilités de formation offertes.

Les objectifs précis de l’étude étaient les suivants : déterminer, pour les pêcheurs, quelles sont les exigences réglementaires de Transports Canada en matière de formation qui sont entrées en vigueur avec la Loi sur la marine marchande du Canada (2001) et en particulier son Règlement sur les petits bâtiments et son Règlement sur le personnel maritime (en collaboration avec Transports Canada); analyser et déterminer le nombre de pêcheurs par province qui ont besoin de formation ainsi que le type de formation dont ils ont besoin (en collaboration avec le ministère des Pêches et des Océans, le MPO); évaluer la capacité disponible dans chaque province pour répondre aux besoins de formation de l’industrie; en Colombie-Britannique exclusivement, collaborer avec les représentants des « autres secteurs d’activités maritimes sur l’eau » (le groupe cible défini pour l’étude se limitait aux bateaux-pilotes, traversiers, remorqueurs et barges) afin d’élargir la portée de l’évaluation des besoins de formation. L’évaluation a aussi porté sur la capacité à offrir la formation requise pour répondre aux besoins estimés.

Le lecteur trouvera dans le rapport des données clés telles qu’une estimation des besoins de formation par brevet ou certificat, les totaux estimatifs par province concernant les pêcheurs (nombre de bâtiments, nombre de marins et pêcheurs, nombre de brevets et certificats, nombre de participants des autres secteurs d’activités maritimes sur l’eau), les conclusions de l’étude et des recommandations. La principale conclusion à tirer de l’étude est que les données fournies par Transports Canada (et dans une moindre mesure par le MPO) sont médiocres, ce qui est inadmissible. Les données consignées par les deux bureaux provinciaux d’accréditation (PFHCB et BAPAP) sont tellement supérieures à celles des organismes gouvernementaux que cela pourrait valoir la peine de soutenir financièrement la création d’entités semblables dans les autres provinces et territoires et de leur confier en sous-traitance la collecte et le stockage des données. Malgré les nombreux problèmes de données qui sont venus perturber le projet du début à la fin, le Conseil est aujourd’hui heureux d’annoncer que le rapport sera bientôt mis à la disposition de tous les intéressés.